GIAP INFO N° 32

Version imprimable

 

Extraits du journal interne "Giap Info" No 32 de juin 2013

 

Editorial

 

A l’heure du bilan de l’année scolaire écoulée, je ne peux que vous remercier toutes et tous pour l’engagement dont vous avez fait preuve dans le cadre de votre mission. En effet, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’en ce qui concerne la mise en œuvre de la nouvelle organisation, nous avons non seulement respecté les objectifs que nous nous étions fixés, mais également leurs délais de mise en œuvre.

A la prochaine rentrée scolaire, le GIAP se composera donc de 17 secteurs.

Cette dernière étape du déploiement de la réorganisation du parascolaire devrait nous permettre de finaliser l’engagement et l’intégration des 110 référents socio-éducatifs prévus d’ici à la fin de l’année scolaire 2014-2015, qui seront répartis au sein de toutes les équipes composées de 4 animateurs et plus.

Nous devrons ensuite éprouver cette nouvelle organisation durant quelques temps. Cela nous permettra d’identifier et de corriger ses défauts de jeunesse puis, dans un deuxième temps, nous mandaterons une structure externe pour venir auditer notre fonctionnement sur le terrain et ainsi vérifier l’efficacité et la qualité de ce que nous avons ensemble mis en place.

Mais la réorganisation de nos activités n’a pas seulement lieu sur le terrain, nous sommes également en train de revisiter l’entier de nos processus administratifs ici, au boulevard des Promenades. Le domaine des Ressources Humaines Terrain est déjà restructuré et nous nous attaquons maintenant au domaine Prestations que nous allons réorganiser de manière à ce que nous soyons plus proches de vous sur le terrain et qu’ainsi nous puissions répondre mieux et plus vite aux sollicitations des équipes.

Gageons que toutes ces réformes, qu’elles soient de terrain ou administratives, nous permettront d’atteindre nos objectifs et ainsi de répondre au mieux aux besoins des familles de notre canton.

(...)

 

 

                                                                                                         Nicolas Diserens

                                                                                                             Directeur

 


 

Animation

 

Arrivé il y a un an au Giap, j’ai à cœur de contribuer au bon fonctionnement et à l’évolution de notre structure par mon travail quotidien. Les effectifs d’enfants sont très importants, tout comme les attentes des familles et de nos partenaires. La réussite de nos prestations dans une bonne ambiance au quotidien pour chacun d’entre nous n’est pas chose facile tous les jours.

En quoi et comment les besoins et attentes des enfants qui viennent chaque jour au parascolaire sont entendus et que proposons-nous, nous adultes et professionnels, pour y répondre de manière constructive, à la fois dans la relation individuelle à l’enfant et dans un contexte de prise en charge en groupe ? C’est un défi, une organisation d’équipe, une danse quotidienne dans les journées des enfants. En effet, ces journées sont très remplies par les apprentissages scolaires et une vie en groupe en continu, très fréquemment de huit heures le matin à dix-huit heures.

L’animation au parascolaire est le centre et le cœur de nos activités. La mise en œuvre des animations est contrainte et dictée par des horaires et des temps relativement brefs dans un contexte systématiquement collectif de prise en charge d’enfants de quatre à douze ans.

Réfléchir, concevoir, choisir et mettre en action les animations au parascolaire demande de se référer à des valeurs de prévention au sens large du terme en prenant en compte les besoins essentiels des enfants : jouer, ne rien faire, rire, se mesurer, se détendre, apprendre…

Aujourd’hui, dans cette dernière étape de réorganisation, ce volet essentiel de notre travail mérite d’être davantage mis en valeur. Pour y travailler, il y a lieu de prendre en compte et de répertorier ce qui se fait dans les équipes sur l’ensemble de canton.

Pour l’heure, vous trouverez ci-après un condensé des activités qui se sont déroulées cette année dans nos équipes.

 

 

                                                                                                                                                   Jean-Pierre Pahud

                                                                                                                                                     Directeur adjoint
                                                                                                                                                  Domaine Prestations
 
 

 

Animation (suite)

 

SAVOIR FAIRE ET FAIRE SAVOIR

A lecture des projets d’animation qui nous ont été soumis durant l’année écoulée, nous constatons un intérêt marqué pour enrichir les relations avec les parents. Qu’elles soient appelées réunions ou soirées portes ouvertes, les rencontres sont l’occasion de donner de la visibilité au travail fourni par les équipes et d’expliquer notre fonctionnement. Agrémentés par le produit des ateliers cuisine réalisés avec les enfants, ces moments font de plus en plus l’objet d’expositions de photos et de présentation des bricolages au sein d’un local décoré pour l’occasion. Les enfants sont fiers de montrer leurs œuvres à leurs parents et ces derniers, impressionnés par la diversité des animations proposées, sont de plus en plus nombreux à faire le déplacement.

Les « fêtes annuelles du parascolaires » vont également dans ce sens : qu’il s’agisse de grillades sous tente, de rallyes ou encore de spectacles. Dans ce dernier cas, ce genre de projet favorise de surcroît une dynamique d’équipe où les diverses compétences des animateurs et des animatrices sont mises en valeur. Ces moments de partage contribuent indéniablement à créer des liens de confiance entre les familles et le parascolaire.

LES SORTIES

Les petites escapades hors du périmètre de l’école offrent toujours une agréable respiration aux enfants: promenades en petit train, tours de manèges, festival de films et spectacles pour enfants, visites d’expositions, de la ménagerie Knie, garden party, repas en pizzéria et autres sorties à la ferme ont permis d’agrémenter le quotidien.

LES FETES ANNUELLES

De toutes les fêtes, celle de l’Escalade semble avoir rencontré le plus de succès. On ne compte pas les nombreux stands tenus par le parascolaire à  cette occasion, de la soupe aux pâtisseries, en passant par les fromages et les hot-dogs ! Moments conviviaux appréciés de tous, qui se déroule le plus souvent en partenariat avec les enseignants, voir avec les communes. A Noël, après la parade du Père fouettard, certaines équipes ont été invitées à réaliser les décorations d’un sapin par leur commune. Il y a celles qui ont monté une chorale et également celles n’ont pas hésité à faire venir le Père Noël, généreux comme il se doit, venu offrir des friandises à l’issue du spectacle assuré par les enfants. Une fois passées les parades de Carnaval, la fête du printemps et la mise à feu du Bonhomme hiver, Pâques a permis aux enfants de partir à la traditionnelle et si joyeuse « chasse aux œufs », après qu’ils ont personnalisé tant les boîtes que leur contenu. A noter que les piñatas ont également été à l’honneur cette année. Cette énumération serait incomplète sans citer la richesse des créations réalisées à l’occasion de la fête des mères.

LES ATELIERS

Les ateliers cuisine ont indéniablement le vent en poupe. Nos jeunes cuistots prennent grand plaisir à réaliser tresses, pâtisseries, confitures, voire même des sushis ! Dans ce dernier cas, cet atelier s’est inscrit dans le cadre d’une semaine sous le thème du Japon durant laquelle ont été réalisées des poupées Kokeshi, des éventails, des origamis, etc. Un autre projet axé sur les cuisines du monde a permis à toute une équipe d’initier les enfants à la diversité, en créant un jeu collectif, avec pour point d’orgue un grand repas canadien avec les parents.

Pour ce qui est des activités créatrices si variées, outre les ateliers récup, poterie, mosaïque, nous nous sommes arrêtés sur un atelier couture, qui a vu une cinquantaine de filles et garçons réaliser sur le temps de midi des tops et des débardeurs personnalisés grâce à des coloriages, collage de bijoux, voire de la peinture qui gonfle sous l’effet de la chaleur.

Nous notons également des initiatives originales, à l’instigation de cet atelier « paroles », qui ont permis d’échanger avec les enfants, et travailler sur la différence, notamment par le visionnage de clips.

Un atelier « sécurité/danger de la route» a emmené les enfants au dépôt TPG du Bachet. Présentation des ateliers et d’un vieux tram et, surtout, information sur la puissance des véhicules et sur les règles à respecter à leur proximité.

Les ateliers photos ont été nombreux. Si les enfants sont le plus souvent invités à utiliser l’appareil, ils ont connu des expériences inédites, comme celle consistant à réfléchir à leur propre image, à découvrir un usage différent de la photographie que celui habituellement proposé par leur entourage. Ce projet intitulé Atelier photo créative a été réalisé en collaboration avec des étudiants de la HETS sous la responsabilité d’un chargé d’enseignement. Il a permis à l’équipe qui les a accueillis d’avoir de nouvelles pistes de réflexion pour de futures activités. Dans un registre semblable, l’atelier « Image et Société » a amenés les pré-ados à décrypter les images publicitaires, à décoder les stéréotypes et à faire l’expérience des photos retouchées, sous la conduite d’une spécialiste de l’analyse des images.

LES ACTIVITES PHYSIQUES

Les matchs et les tournois ont toujours la cote. Comme nous l’a écrit une animatrice « le sport est une belle école de vie. L’enfant apprend à respecter l’adversaire et l’arbitre. Il doit s’allier avec les autres participants. Perdre ou gagner, c’est un résultat de toute l’équipe. » A l’esprit d’équipe s’ajoute la phase « créative », lorsque démarrent les concours de dessins, en vue de la réalisation des maillots.

Il y a cette année un groupe d’enfants qui mesure leur chance : deux basketteurs professionnels de l’équipe de basket des Lions de Genève (vice-champion suisse et à nouveau finaliste 2013) ont accepté d’arbitrer le tournoi de nos champions en herbe et de faire quelques passes mémorables à leurs côtés !

A cela s’ajoutent les ateliers cirque, zumba et autres danses du monde. Ainsi tout un secteur a-t-il relevé le défi de promouvoir l’expression artistique, créative et corporelle en proposant des chorégraphies du monde, par équipe, présentées à l’heure du RS chaque semaine aux enfants des autres équipes. Ce qui signifie la présence de 125 enfants à 7 reprises, sous un chapiteau … avec pique nique.

LA NATURE

Outre le bien-être qu’elles procurent, les activités liées à la nature ouvrent les enfants au respect de leur environnement. C’est ainsi qu’une équipe citadine participe au projet transversal de quartier « jardins potagers ». Les animateurs ont été formés par l’Association Equiterre mandatée par Agenda 21, avant que les enfants s’adonnent aux joies du jardinage.

Autre exemple, l’atelier ludique et pédagogique sur les abeilles. Les enfants y découvrent la vie d’une ruche, goûtent les produits qui en sont issus (miel, pollen). Ils apprennent à différencier les guêpes des abeilles, puis ils réalisent un bricolage sur ce thème. Sachant l’impact de l’environnement sur les abeilles, c’est aussi une manière de leur apprendre à respecter la nature qui nous entoure.

L’atelier préhistoire, quant à lui, permet à des enfants de découvrir et créer des objets de cette époque, de faire du feu avec les moyens ancestraux… et même d’apprendre à chasser le mammouth !

LES COLLABORATIONS

Les collaborations, en particulier avec l’école, s’avèrent nombreuses, fructueuses et surtout variées. Elles prennent des formes aussi différentes que la tenue d’un stand lors de la fête de l’école, ou la participation à différents types de rallyes : pour les uns, joutes amicales sur le thème du respect qui permettent aux participants, au travers de jeux intellectuels et physiques, de faire plus ample connaissance. Et pour d’autres, les projets Ethnopoly avec leur lot de jeux sur les traditions du monde.

Dans le cadre de la Semaine romande de la lecture 2012, une équipe parascolaire a participé au rallye de l’école visant à développer un rapport à l’écrit qui soit curieux et dynamique. Sur 26 lieux de lecture, les enseignants, parents et animatrices ont lu aux enfants des fragments de livres issus d’ouvrages de la bibliothèque de l’école. Ces beaux moments ont ouvert des horizons et donné le goût de partager, d’échanger et bien sûr, de lire.

Dans un cadre plus large, un projet appelé « Préau Bulle » a vu le jour dans deux écoles de Genève. La Ville de Genève, la Fase et le Giap ont confié à l’association Pré en Bulle une animation quotidienne dans les préaux (en salle de gym par mauvais temps), consistant essentiellement à proposer un vaste choix de jeux originaux. Particularité : toutes les personnes présentes (enfant, parents, adolescents) sont invitées à participer à ces animations, ce qui a pour conséquence de diversifier le mode d’accueil parascolaire habituel.

 

                                                                                                                                                     Isabelle Gigon

                                                                                                                                  Responsable formation & communication
 

 

Vie des équipes

 

Un lieu parascolaire « pas comme les autres »

Lorsque l’on évoque une équipe parascolaire, on pense généralement à un système d’organisation avec quelques spécificités locales. Mais ces spécificités amènent parfois à des organisations atypiques, ainsi en va-t-il de l’équipe de Dardagny.

Deux animatrices et un animateur accueillent les enfants de trois écoles, Dardagny (5P à 8P), La Plaine (3P à 5P) et Russin (1P et 2P).

Pour le service du restaurant scolaire (repas à Dardagny), le personnel effectue trois tournées différentes, dont le point de départ, les locaux parascolaires, est à La Plaine.

  • « Le/la responsable Russin» prend le bus pour arriver à Russin à 11h00 afin d’accueillir les enfants et de prendre avec eux le bus de 11h25 (horaire CFF oblige, le bus descend à la gare de La Plaine, avant de rejoindre Dardagny).
  • « Le/la responsable La Plaine» et son groupe d’enfants montent dans le bus à 11h30. A l’arrivée, petite marche à pied en direction de la salle communale de Dardagny.
  • « Le/la responsable Dardagny», s’est déplacé-e en voiture et attend la sortie des enfants vers 11h35 - 11h40, juste à temps pour grimper dans le bus de 11h45.  A l’arrêt « Tilleuls », le groupe  se dirige à pied vers la salle communale, au milieu des vignes.

Le repas se déroule avec l’aide régulière de bénévoles, dont M. Duchêne, maire de Dardagny, qui est présent une fois par mois pour servir les enfants.

Après le temps d’animation, vient celui du retour :

  • Vers 13h10, les enfants de « La Plaine » et de « Dardagny » repartent prendre le bus à l’arrêt Tilleuls. Les enfants de Dardagny arrivent à destination vers 13h25 et reprennent l’école à 13h35. L’animateur/trice  reprend alors sa voiture et quitte les lieux.

  •  Au terminus de Dardagny, l‘animateur/trice et les enfants de «La Plaine»  restent dans le bus, qui fait demi-tour (!) et leur permet d’arriver à l’école vers 13h40.

  • Au même moment, le groupe des petits 1P-2P de Russin a pu profiter d’un moment plus calme. Départ en bus (toujours !!) à 13h35 et arrivée à l’école vers 14h00. Retour de l’animateur/trice au local parascolaire de La Plaine vers 14h10.

  • L’horaire « Russin » a donc une amplitude de plus de trois heures ! L’équipe fonctionne en tournus hebdomadaire, afin que la charge de travail soit répartie de manière équitable sur l’année, sachant que le temps de travail rémunéré correspond à la moyenne des trois tournées.

Un local parascolaire mobile

A midi, les 1P à 5P de Russin et de La Plaine passent en moyenne 30 à 40 minutes par jour dans le bus TPG. Avec un peu d’imagination, on peut dire que le bus fait office de local parascolaire mobile ! Hélas, partagé avec les autres usagers réguliers, cet espace, bruyant et fermé, se révèle être peu propice à l’encadrement d’enfants.

Quant aux Activités Surveillées, elles ont lieu à La Plaine, d’où un nouveau chassé-croisé de transports…

S’adapter

Ce service est tellement complexe et particulier que seules trois animatrices sont actuellement habilitées à venir y effectuer un remplacement. Si aucune d’entre elles n’est disponible, c’est le responsable de secteur qui vient en renfort pour aider l’équipe.

La mise en place et l’organisation de ce service parascolaire résulte de complexes négociations entre de nombreux partenaires en cascade : CFF, TPG, mairies, établissements scolaires, et, en bout de chaîne, avec leurs extraordinaires capacités d’adaptation, le GIAP et l’équipe parascolaire.

Les professionnels de cette équipe font preuve au quotidien, en plus de leur fiabilité et de leur bonne humeur, de solides compétences d’organisation et de solidarité.

 

                                                                                                                                         Frédéric Ducommun Dit-Veron,

                                                                                                                                               Responsable de secteur

 


                                                                                                                                        

Amicale des retraité-es du parascolaire

 

C’est en 2004 que, à l’initiative de M. Delieutraz alors responsable du domaine Prestations, une quinzaine d’animatrices retraitées se sont regroupées pour la première fois. L’idée qui prévalait consistait à organiser une sortie annuelle, partiellement financée par le Groupement, sans que les membres n’aient à verser de cotisation.

Chaque sortie a permis à 30-40 participant-es de vivre de belles journées conviviales, riches en découvertes et ponctuées par de bons repas.

2004 : Château de Prangins et montée à la Sézille en mini car et voiture

2005 : Musée Olympique à Lausanne, voyage en bateau, repas et/ou pique-nique

2006 : Musée des automates à l’Auberson

2007 : Musée du Jouet à Moirans, dans le Jura français

2008 : Visite du musée de Penthes

2009 : Jura-Parc, Mont d’Orzeires, au-dessus de Vallorbe

2010 : Ile Saint-Pierre (année Rousseau oblige) et repas à Bienne

2011 : Musée du goût et de la nourriture à Vevey

2012 : Visite de Gruyère, fabrique de fromage et visite de la chocolaterie Cailler à Broc.

Cette année, le déplacement s’est opéré sur Berne, avec la visite du Palais fédéral.

L’amicale, qui compte aujourd’hui 135 membres, fêtera donc ses 10 ans d’existence en 2014 !

 

                                                                                                                                                             Mary-Anne Baudin