GIAP INFO N° 33

Version imprimable
 

Extraits du journal interne "Giap Info" No 33 de juin 2014

 

Editorial

 

En 1994, le parascolaire passait de la responsabilité de l'Etat à celle des communes genevoises et le GIAP naissait.

Nous fêtons donc cette année ses 20 ans, 20 années durant lesquelles notre société ainsi que l'organisation des familles n'ont pas arrêté d'évoluer, obligeant par la même le parascolaire à être en constante mutation afin de suivre cette évolution.

En vingt ans le nombre d'enfants inscrits au parascolaire a non seulement été multiplié par plus de dix mais la fréquentation hebdomadaire moyenne a également considérablement augmenté. En effet, un enfant qui, il y a quelques années, fréquentait le parascolaire une à deux fois par semaine, vient aujourd'hui plutôt tous les jours midi et soir. Il était donc indispensable de faire évoluer notre rôle et passer d'une prestation de "gardiennage" des enfants que l'on nous confie à un accueil apportant réellement une valeur ajoutée sur le plan socio-éducatif.

Ainsi, notre mission telle qu'elle a été inscrite dans la LIP (Loi sur l'Instruction Publique) en 1994 : "Le groupement pour l'animation parascolaire a une mission éducative complémentaire à celle de la famille, de l'école et des activités périscolaires" prend toute sa valeur aujourd'hui.

Mais pour arriver à remplir ce rôle capital au sein de la communauté éducative dont nous faisons partie, il faut qu'un certain nombre de conditions indispensables soient réunies. Parmi celles-ci se trouvent, entre autres, la capacité de notre institution à instaurer un cadre clair, fondé sur des valeurs communes, ainsi que l'existence de conditions de travail permettant au personnel d'encadrement de réaliser sa mission dans les meilleures conditions possibles, ces conditions incluant également une politique de formation exigeante, capable de fournir à nos collaborateurs des outils essentiels à la pratique de leur métier.

Durant ces dernières années nous avons focalisé passablement de notre énergie à mettre en place et faire évoluer tous ces aspects prépondérants à la bonne marche du GIAP, et même si nous sommes conscients que lesdits aspects ont encore une marge de progression certaine, je pense qu'aujourd'hui nous avons mis en place une bonne base institutionnelle qui nous permet d'œuvrer unis à la réalisation de notre objectif principal : continuer à améliorer la qualité de prise en charge des enfants que l'on nous confie.

Notre objectif est ambitieux et nous pourrons toujours faire mieux, mais l'important c'est surtout que nous le fassions ensemble.

(...)

 

 

                                                                                                         Nicolas Diserens

                                                                                                             Directeur

 


 

Information

 

GIAP, ENTREPRISE FORMATRICE
 
Dans le cadre de la promotion de la formation professionnelle, le GIAP s’associe avec la Fondation pour l’Animation Socioculturelle (FASe) pour engager des apprentis en formation duale d’assistant socio-éducatif pour 3 ans : chaque année, 2 apprentis sont engagés par chaque institution avec des horaires de travail répartis entre une équipe parascolaire et un lieu FASe (centre de loisirs, maison de quartier,…).
 
Par ailleurs, dans le même cadre avec la FASe, des étudiants de l’école d’assistant socio-éducatif sont accueillis en stage :
 
  • 3 en 1ère année pour un stage d’un mois ;
  • 3 en 2ème année pour un stage de 7 mois ;
  • 3 en 3ème année pour un stage de 8 mois.
 
Enfin, un étudiant de la Haute École en Travail Social (HETS) sera accueilli en stage, de janvier à juin 2015.

                                                                                                                                                  

 

 

Nouveautés

 

NOUVELLE FONCTION : COORDINATEUR/COORDINATRICE RÉGION
 
Dès le 25 août 2014, Madame Aline Comoli et Monsieur Patrick Tami exerceront cette nouvelle fonction. Chacun aura un périmètre d’intervention couvrant un demi-canton.
 
Rôle des deux coordinateurs région :
 
  • Remplacer les responsables de secteur lors des absences durant plus d’une semaine
  • Coordonner l’animation au sein des équipes du demi canton dont ils ont la charge, en collaboration avec les responsables de secteur
  • S’assurer du bon déroulement des animations, en fonction des recommandations institutionnelles
  • S’assurer des pratiques communes
  • Coordonner les animations inter-équipes et/ou cantonales
 
  • Coordonner le concept santé/sécurité au travail
  • Mettre en œuvre les exigences MSST
  • Offrir un soutien dans la gestion des situations particulières
  • Intervenir en tant que médiateur (ou superviseur) de 1er niveau au sein des équipes, permettant ainsi une approche dissociée de la voie hiérarchique.